Enquête informatique

Si vous allez demander une filature dans les affaires d’infidélité, pour les litiges en diffamation, dénigrement, usurpation d’identité, cybercriminalité, vous aurez besoin de demander une enquête informatique.

Les détectives et les enquêtes informatiques

Le Conseil de l’Europe a créé, dès l’année 1997, un groupe de travail, dit comité PCCY, dont le mandat était l’élaboration d’un projet de convention destinée à lutter contre les auteurs d’infractions pénales commises dans l’univers des réseaux. Mais pour les affaires de tous les jours, vous ne pouvez que vous confier à des professionnels de l’enquête informatique.

Alain STEVENS – services d’investigation – Cybercriminalité

Enquête d’assurance : Des doutes sur la fiabilité des informations communiquées par un assuré ? Des soupçons sur la véracité d’un sinistre ? Vigifraude ® met en œuvre des missions et investigations personnalisées pour vérifier la réalité des indices et des preuves concrètes que vous pourriez détenir . Vous allez pouvoir découvrir nos services dédiés aux enquêtes d’assurance, avec nos partenaires détectives privés.

Mais pour la recherche d’information numérique, nous mettons en place des enquêtes informatiques.

Les entreprises et les services publics doivent être prémunis face aux dangers de la cybercriminalité, dont le coût est potentiellement exorbitant, avec bien souvent l’impossibilité de récupérer les sommes perdues.  Les juridictions pénales sont compétentes pour interpréter les actes administratifs, réglementaires ou individuels et pour en apprécier la légalité lorsque, de cet examen, dépend la solution du procès pénal qui leur est soumis. Consultez votre avocat spécialisé en cybercriminalité pour les demandes d’enquête informatique.

Un bref rappel :

Les peines correctionnelles encourues par les personnes physiques sont :

  • 1° L’emprisonnement ;
  • 2° La contrainte pénale ;
  • 3° L’amende ;
  • 4° Le jour-amende ;
  • 5° Le stage de citoyenneté ;
  • 6° Le travail d’intérêt général ;
  • 7° Les peines privatives ou restrictives de droits prévues à l’article 131-6 ;
  • 8° Les peines complémentaires prévues à l’article 131-10 ;
  • 9° La sanction-réparation.